Adresse aux écologistes
Partager

Chères amies, chers amis,

Les résultats définitifs du premier tour de l’élection présidentielle ont livré leur verdict.   

Avant tout, je souhaite remercier l’engagement de toutes et tous dans cette campagne : militantes et militants, sympathisantes et sympathisants, mais également l’équipe de campagne et notre candidat qui a porté fièrement nos convictions et notre projet.  

Malheureusement, absente des débats, l’écologie le sera également du 2nd tour. C’est une immense déception. Viendra le temps du bilan et de l’analyse de notre campagne et de notre incapacité à incarner l’alternance lors de cette élection. Ce temps viendra et nécessitera des échanges approfondis, sur la stratégie, notre organisation et le projet, pour tirer toutes les leçons de cet échec collectif.

Dans l’immédiat, la situation politique dans notre pays est critique : l’extrême droite et son projet de haine sont aux portes du pouvoir.

Je n’ai pas à vous rappeler ici l’engagement historique des écologistes contre la haine de l’extrême droite. Ecologie ou barbarie : nous n’avons jamais rien cédé, nous ne céderons rien.

C’est dans cet état d’esprit qu’en responsabilité, nous avons hier, avec Yannick Jadot, appelé à faire battre l’extrême droite. Si cela passe clairement par utiliser le bulletin Macron, ce n’est pas de gaîté de cœur et ça ne vaut ni quitus ni soutien.

L’écologie c’est la République : nous voulons battre l’extrême droite parce qu’on aime la France, que nous sommes attaché-es à nos libertés, à l’égalité, à la fraternité. Nous allons mettre toute notre force dans cette bataille pour que jamais l’extrême-droite n’arrive au pouvoir, dans notre pays comme en Europe.  

Dans cet entre deux tours si crucial pour l’avenir du pays, nous avons des raisons d’être inquiet-es : Macron peut perdre. Pendant son quinquennat, sa pratique du pouvoir a malheureusement servi de carburant à l’extrême droite. Evidemment, ses propositions brutales sur les retraites, le RSA, l’absence de réponses sur les inégalités ou les aspects démocratiques façon Jupiter doivent être revues.

Dans le cas contraire, Emmanuel Macron va dans le mur et il emporterait le pays avec lui.  Alors le rôle de notre mouvement est clair : faire battre l’extrême droite. L’extrême droite au pouvoir, c’est un véritable péril pour le pays : elle ne doit PAS PASSER !

Ensuite, nous ne pouvons nous résoudre à un nouveau quinquennat d’inaction climatique.

Donc nous continuerons donc de nous battre pour l’écologie. Si l’écologie est absente du second tour, nous serons bel et bien présent-es pour le 3e tour, les élections législatives, car il est hors de question de subir un nouveau quinquennat d’inaction climatique.   

D’ici là nous avons lancé une grande souscription exceptionnelle écologiste. Nous avons 5 semaines pour récolter la somme de 2 millions d’euros. Nous comptons sur notre force collective. Rendez-vous sur soutenirlecologie.fr 

Julien Bayou