#8 Portrait d’écolo : Mounir Satouri
Partager

Mounir Satouri est un homme de terrain et d’engagements. Né dans un quartier populaire de Casablanca, il s’éprend très tôt de la politique : A 15 ans, il intègre le mouvement de jeunesse de l’USFP. Lors d’une vaste grève des étudiants à laquelle il participe, il est emprisonné pendant 4 semaines pour « trouble de l’ordre public »: « C’est de là qu’est né cette immense envie pour la liberté. A 15 ans, ce n’est pas drôle de se retrouver dans une cellule avec 30 autres détenus de droit commun qui étaient emprisonnés pour vol, coups et blessures » reconnaît-il. Cet événement pousse son père à le faire venir en France, pays dans lequel il s’est installé pour travailler dans les années 60. 

Il devient syndicaliste étudiant à l’UNEF-ID entre 1995 et 1998. Il est également militant associatif, notamment contre le nucléaire et pour la défense des droits humains. Mounir Satouri s’engage chez les Verts en 2001, il est élu conseiller régional en 2010 et devient en 2012 président du groupe des écologistes. 

Aux législatives de 2012, il est candidat commun EELV dans la 9e circonscription des Yvelines, détenue par la droite depuis plus de 25 ans et obtient 43,17 % au second tour. Directeur de la campagne Changeons d’air en Île-de-France pour les régionales de 2015, il est réélu conseiller régional en décembre 2015. Il devient président du groupe écologistes et apparentés. À la suite de son élection, il déclare dans la presse : « Je suis honoré de la confiance de mes pair·es et je suis conscient de la responsabilité de ma tâche. Je veux montrer notre combativité face à la politique de V. Pécresse et il va falloir proposer des alternatives ». 

En 2019, il est sur la liste emmenée par Yannick Jadot et est élu eurodéputé le 26 mai 2019. Parallèlement à son activité d’élu, il a dirigé le centre social de Chanteloup-les-Vignes. Il est élu président du groupe Europe Ecologie Les Verts, puis Alternative Ecologique et Sociale, en 2012, jusqu’au 26 Juin 2019.