Fort de Vaujours, l’urgence de l’arrêt des travaux

Aux portes de Paris, Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain, souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l’ancien Fort de Vaujours.

Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à l’uranium, au béryllium et avec d’autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre.

 

De nouvelles révélations 

Vendredi 1 er avril 2006, à Moronvilliers, le CEA est passé aux aveux : au niveau du Centre d’Expérimentation de Vaujours–Moronvilliers, le CEA a utilisé de l’uranium issu de combustibles nucléaires usagés en provenance de centrales nucléaires.

Cet uranium contient donc du Plutonium, de l’Américium et du Neptunium.

De nouveaux témoignages et révélations font état d’expérimentations avec du Tritium.

Rien que sur le site de Moronvilliers, le CEA a annoncé qu’il y avait 2,7 tonnes de cet uranium dans des puits.Quelles sont les quantités enfouies dans les puits du Fort de Vaujours ?

Cette annonce change radicalement la nature de la dangerosité du Fort de Vaujours. Ce que nous redoutions, s’est bien produit, les apprenti-sorciers du fort de Vaujours étaient bien des kamikazes inconséquents !

 

Toujours plus de pollutions 

Des analyses récentes de certains bâtiments du Fort de Vaujours ont révélé des centaines de zones de contamination à l’uranium. De éclats de Radium ont été détectés en fin d’année dernière. Il a été découvert des canalisations contaminées donnant sur des puits. Des analyses de l’eau mettent en évidence des concentrations anormales en uranium. Les analyses sont toujours en cours et les rapports détaillés sont gardés au secret par les services de l’Etat.

Les preuves de la dangerosité du site s’accumulent.

 

L’arrêt des travaux

Pourquoi Brunel-Démolition en charge de la démolition des bâtiments pour le compte de Placoplatre a cessé ses activités le 28 Janvier 2016 ?

Est-ce la découverte de contaminations de grande ampleur et la succession d’imprévus liés à l’impréparation complète de Placoplatre à gérer ce projet de l’impossible ?

 

Placoplatre est à la recherche depuis 2 mois d’un nouveau prestataire…

Tout en prétendant le sérieux et l’indépendance des études menées par ses propres prestataires comment Placoplatre peut encore maintenir sa version des faits, son jusqu’au-boutisme, face à ces nouveaux éléments ?

 

Par conséquent, une nouvelle fois, EELV Seine-Saint-Denis demande : 

  • l’arrêt immédiat des travaux de démolition du Fort de Vaujours
  • l’abandon définitif du projet de Placoplâtre sur le Fort de Vaujours
  • la mise à disposition publique des analyses détaillées réalisées sur ce site
  • la création d’un comité d’expertise indépendant composé à parité d’associations et de scientifiques reconnus, financés par les pouvoirs publics et non par Placoplatre comme c’est le cas actuellement.

Aussi, nous regrettons que la rhétorique ministérielle de Madame Pompili ne soit que le cache-sexe de l’industrie minière et plâtrière en prétendant l’indépendance d’une commission, certes sous la direction de l’Autorité de Sureté Nucléaire, mais dont les protagonistes sont bel et bien rémunérés par Placoplatre !

Pendant ce temps, nous nous interrogeons toujours plus sur le réel impact sanitaire de ce site. Surtout lorsque l’on sait que 52% des hommes et 49% des femmes décèdent de tumeurs cancéreuses sur la commune voisine du fort de Vaujours.

 

Aurélien Berthou et Céline Freby, 
co-secrétaires d’Europe Écologie – Les Verts Seine-Saint-Denis

Pour tout contact : Didier Delpeyrou 06 65 24 22 23
Membre du bureau EELV 93 chargé du dossier,

Partagez cet article
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn
Actualités Aménagement
Carte

Laissez un commentaire

Close
Donnez plus de poids à IDF
En cliquant un des boutons ci-dessous
Social PopUP by SumoMe