Entretien avec Mounir Satouri, Président du groupe Alternative écologiste et sociale au Conseil régional

Cette semaine, nous avons interviewé Mounir Satouri, Président du groupe Alternative écologiste et sociale au Conseil régional d’Île-de-France, pour faire le point sur les événements politiques qui ont marqué ces derniers mois et qui ont participé à voir le groupe écologiste se transformer, avec l’arrivée des conseillers régionaux hamonistes.

Retour sur ces actualités en 4 questions !

Les élections présidentielles et législatives de 2017 ont considérablement bouleversé le champ politique national, en particulier à gauche. Comment avez-vous vécu cette période jusqu’à l’été ?

Cette élection est venue bousculer l’ensemble des partis traditionnels, à droite comme à gauche. L’ascension rapide d’Emmanuel Macron et du mouvement construit sur mesure autour de sa personne a été permise notamment par un rejet des partis, en particulier de LR et PS qui jusque-là bénéficiaient du bipartisme et des institutions de la Vème République. La présence de Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle montre que ce temps-là est derrière nous. Le Président Macron a bénéficié de l’effet d’un vote  utile très puissant face à la menace de l’extrême droite et a su utiliser le ras-le-bol de la politique traditionnelle en maniant tous les codes de la communication. Ce qui lui a permis de rassembler des voix issues de la droite et de la gauche, des écologistes également.

Dans ce contexte, c’était également la première fois depuis 1974 qu’il n’y avait pas de candidature issue de la famille écologiste, suite au soutien de notre parti, EELV, à Benoît Hamon. Cet événement politique singulier a évidemment fait partie de nos discussions pendant cette année 2017, d’autant plus que les élu-es du groupe ne défendaient pas tou-tes la même stratégie.

Mais il était pour nous important de distinguer les débats nationaux des débats régionaux : nous sommes avant tout élu-es au conseil régional pour porter un projet et des propositions afin d’améliorer le quotidien des Franciliennes et des Franciliens. Et nous parlons d’une même voix quand il s’agit de défendre l’écologie dans notre hémicycle ou de dénoncer les graves reculs de la droite francilienne.

La rentrée a été marquée par un départ d’une élue écologiste puis des débats sur une possible transformation du groupe. Comment avez-vous réussi à maintenir l’unité du groupe ?

Chaque groupe régional a été concerné par le mouvement global de décomposition et de recomposition politique, après le chamboule-tout de la séquence présidentielle/législatives.

Le groupe écologiste n’y a pas échappé. Ma priorité était de faire en sorte que notre groupe reste un lieu d’échange, de débats apaisés. Il était important dans ce contexte politique très particulier que chaque parole soit entendue, que chaque élu-e puisse défendre son point de vue et exprimer sa singularité. L’unité ne se décrète pas, elle se construit. C’est en maintenant le lien entre toutes et tous que nous avons traversé ses remous. Lorsque les élu-es issu-es du groupe socialiste ont proposé de nous rejoindre, nous avons échangé entre nous de l’opportunité d’un tel rassemblement, des discussions ont été entamées avec plusieurs points d’étape afin de garantir la même information pour l’ensemble du groupe. Nous avons construit ensemble ce rapprochement en posant un certain nombre de conditions et en prenant en compte les craintes et réticences qui pouvaient exister.
C’est ce processus de construction collective qui a permis de sortir par le haut d’une période compliquée.

 

 

Benoît Hamon et les élu-es socialistes de sa sensibilité ont finalement quitté le groupe socialiste pour vous rejoindre, ce que la majorité des élu-es écologistes et citoyens a finalement approuvé. Quel est donc le sens et les objectifs de ce nouveau groupe dénommé “Alternative Écologiste et Sociale” (AES) ?

Tout d’abord, nous ne voyons pas ce nouveau groupe comme l’addition de deux entités mais bien comme une communauté humaine et politique construite autour de convergences de fond. Pour les élu-es qui ont quitté le groupe socialiste, une divergence idéologique s’est accrue avec leur groupe d’origine et c’est ce qui a été le moteur de leur départ. A l’inverse, nous constations depuis longtemps un rapprochement avec notre projet politique et nos priorités pour l’Île-de-France, notamment lors de combats communs pour la défense des jardins solidaires ou du pass Navigo à tarif unique, le bio dans les cantines, la préservation des espaces naturels et agricoles face aux grands projets inutiles comme EuropaCity, le développement ambitieux de l’économie sociale et solidaire, la solidarité avec les migrant-es ou le soutien aux initiatives citoyennes…

Notre collectif au conseil régional rassemblait déjà des personnalités diverses, encartées ou non à EELV, issues de la société civile, partageant un socle commun. Ce nouveau groupe se situe dans cette même logique de convergences des combats écologiques et sociaux. Nous n’oublions pas que l’objectif premier est de préparer l’avenir de notre région : s’opposer aux graves régressions écologiques et sociales imposées par Valérie Pécresse et défendre un autre modèle pour demain. Aujourd’hui, nous le faisons avec un groupe renforcé et encore plus riche de sa diversité.

 

 

Dans ce contexte, quels sont vos objectifs pour la fin de l’année 2017 et le début de l’année 2018 ? Qu’est ce que ce renforcement du groupe va changer pour votre action politique, dans l’opposition ?

La fin de l’année sera surtout marquée par le débat sur le  budget 2018. Comme chaque année, le débat budgétaire est un vrai moment de vérité puisqu’il permet de voir très concrètement les priorités politiques de l’exécutif… et les chiffres permettent souvent de montrer les contradictions entre les beaux discours et leur mise en œuvre !

Pendant les deux années qui viennent de s’écouler, obnubilée par l’avis des agences de notation qui scrutent les finances de la Région, Valérie Pécresse s’est positionnée en “championne” des coupes  budgétaires. Elle a sacrifié sur l’autel de l’austérité tout ce qui permettait de créer du lien social (subventions aux associations, emplois-tremplin, emplois insertion environnement, aides à la création culturelle, etc. et de s’engager vers les transitions que nous avions porté dans les précédentes mandatures (soutien à l’ESS, à l’agriculture bio-citoyenne, à la participation citoyenne, etc.). Nous n’avons pas encore les éléments du prochain budget mais tout dans la communication de la Présidente indique qu’elle amplifiera encore ce mouvement alors même que les effets délétères de sa politique se font déjà ressentir sur le territoire.

Pour nous c’est l’occasion de démontrer que derrière toutes les opérations de communication de la droite régionale se cache une volonté délibérée de transformer notre région en bête de compétition internationale pour les investisseurs au détriment du bien-être quotidien des Francilien-nes. Nous faisons face à une classe politique qui n’a toujours pas compris que c’est la logique comptable et l’obsession de la croissance qui détruisent, depuis des décennies, notre environnement, notre santé et le lien social.

Plus nombreux et renforcé, notre groupe se positionne comme l’alternative au vieux monde qui se meurt et qui tente de survivre en s’appropriant les mots de “réalisme” et “d’efficacité”.

Le réalisme, c’est tout faire pour préserver notre santé et notre environnement et l’efficacité, c’est faire en sorte que chaque politique publique mise en œuvre soit au profit de tou-tes les Francilien-nes plutôt qu’au bénéfice d’une minorité proche du pouvoir.

Ensemble, nous pouvons travailler davantage en réseaux sur l’ensemble du territoire et construire  l’élaboration d’une alternative à la politique de Valérie Pécresse.

Retrouvez l’actualité du groupe Alternative écologiste et sociale au Conseil régional d’Île-de-France sur le site http://alternative-idf.fr

Partagez cet article
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laissez un commentaire

Close
Donnez plus de poids à IDF
En cliquant un des boutons ci-dessous
Social PopUP by SumoMe